logo

Amortissement degressif : definition, calcul et exemple

Avec la durée, certains biens ont tendance à perdre de la valeur. Pour évaluer cette perte de valeur, deux méthodes de dépréciation sont utilisées. Il s’agit de l’amortissement linéaire et de l’amortissement dégressif. Que comprendre alors de l’amortissement dégressif, et quel est son mode de calcul ?

Définition de l’amortissement dégressif

La méthode d’amortissement dégressif prend en compte la valeur des actifs qui sont largement utilisés ou qui contribuent fortement à l’exploitation au début et qui diminuent ensuite. Cela signifie que les charges d’amortissement qui doivent être imputées à certains types d’actifs sont élevées au début et faibles par la suite.

C’est le principe de base de cet amortissement. En d’autres termes, les charges d’amortissement sont ensuite réduites jusqu’à ce que la valeur soit nulle ou atteigne les valeurs résiduelles. Cependant, la façon de calculer les frais d’amortissement est la même. 

Calcul de l’amortissement dégressif

Le calcul de l’amortissement dégressif se fait en plusieurs étapes 

Formule d’amortissement dégressif ;

Frais d’amortissement = (valeur nette — valeur résiduelle) * taux d’amortissement

Les frais d’amortissement sont les dépenses imputées aux actifs pour une période spécifique ou selon des méthodes systématiques spécifiques.
La valeur comptable des actifs est égale à la valeur comptable des actifs moins les amortissements cumulés. La valeur comptable de l’actif est parfois appelée valeur nette de l’actif.
La valeur résiduelle est la valeur des actifs qui devraient rester à la fin de leur durée de vie utile en fonction des prévisions.
Le taux de dépréciation est le taux prévu pour certains types d’actifs. La valeur des actifs doit être réduite de ce taux.

 La méthode du solde réducteur 

Le calcul des charges d’amortissement à l’aide de la méthode du solde réducteur n’est pas trop difficile. Pour le calculer, les informations dont nous avons besoin sont la valeur comptable (coût des actifs) des actifs, la valeur de récupération, le taux d’amortissement et 

Deuxièmement, il faut identifier la valeur de récupération des actifs. On en a besoin pour calculer la valeur amortissable des actifs. Après avoir identifié la valeur de récupération des actifs, nous devons trouver le taux d’amortissement et la durée de vie utile des actifs.

Enfin, il est temps de calculer les frais d’amortissement. Pour calculer l’amortissement de la première année, il suffit de déduire la valeur de récupération de la valeur comptable de l’actif.

Nous obtiendrons alors la valeur amortissable. Ensuite, il faut multiplier la valeur amortissable par le taux de dépréciation. Nous obtiendrons les frais d’amortissement de la première année.

Les frais d’amortissement de la deuxième année sont calculés en déduisant la valeur de la ferraille de la valeur comptable nette de la première année, puis en multipliant le montant restant par le taux d’amortissement. On obtient alors les frais d’amortissement de la deuxième année. On suit ensuite cette étape jusqu’à la fin de la durée de vie utile des actifs. 

Exemple de calcul d’amortissement dégressif

Par exemple, votre entreprise vient d’acheter des ordinateurs pour un montant de 10 000 euros et le taux d’amortissement pour les ordinateurs, sur la base de la politique de l’entreprise, est de 50 % de solde dégressif (declining balance). La valeur résiduelle attendue est de 2 000 euros. La durée de vie utile des actifs devrait être de trois ans.

Voici le calcul

Dans cet exemple, on peut voir que le montant amortissable est de 8 000 euros et que les frais d’amortissement de la première année sont de 4 000 et 2 000, respectivement.

Les frais d’amortissement de la dernière année sont la différence entre la valeur comptable nette de la deuxième année et la valeur de la ferraille. Cela permet de s’assurer que toute la valeur amortissable est imputée.

 

Partage

Articles récents

Une question ?